• Sakina Traoré

Icare

Je suis attirée par toi comme Icare par le soleil. Tes yeux, ton sourire, tes mots… tout en toi m’appelle et me repousse en même temps.


Depuis le jour où j’ai posé les yeux sur toi, tu ne quittes pas mes pensées. Je suis constamment en manque de toi, toujours à la recherche d’un peu de ton essence dans ma vie…


J’ai fini, bien malgré moi, par te suivre sur tous les réseaux sociaux. Par guetter chacun de tes posts, lire chaque commentaire tu reçois et que tu laisses.


Je suis devenue accro à toi, à toi et à tout ce que tu es ; et même si j’ai mal de l’admettre, moi ce dont j’ai besoin, c’est tout ce que tu n’es pas.


Mon cœur a beau être titillé par les ondes de danger qu’il sent à ton approche, mon esprit lui sait que tu n’es pas ce qu’il me faut.


Alors depuis ce jour où tu as posé les yeux sur moi, où tu m’as vue et regardée pour la première fois, je lutte contre moi-même. Perpétuellement.


Et sais-tu le pire, quand ton cœur et ton esprit se battent l’un contre l’autre ? Le premier pour te faire succomber à des sensations inconnues et le dernier pour te protéger des soubresauts du premier ?


Sais-tu le pire, quand le soleil t’attire toujours un peu plus mais que tu devines déjà la douleur de sa brûlure sur ta peau ?


Le pire, c’est qu’on en sort perdant, peu importe le gagnant.


J’ai besoin d’un homme responsable, honnête et pieux qui n’aimera que moi et ne voudra jamais en aimer une autre.


J’ai besoin d’un homme sûr de lui et aux épaules solides qui saura me rassurer et éloigner toutes les tentations de lui, de nous.


J’ai besoin… ah j’en oublie ce dont j’ai besoin quand je te vois. Et pourtant je ne peux pas me permettre de commettre cette erreur encore une fois.


Je ne peux pas me laisser guider dans un autre champ de mine par ce traitre dans ma poitrine.


« Ecoutes ton cœur », on me dit souvent.


« Lâches prise et suis-le », on me conseille par moment.


Mais est-ce une si bonne idée quand celui qui doit me guider ne veut que sensations, sensations et sensations… au détriment de ma santé mentale ? De ce dont j’ai vraiment besoin ?


Ou peut-être est-ce moi qui ne sais pas ce que je veux réellement ?


Sinon comment expliquer que pour la énième fois, je tombe pour le mauvais garçon.


Alors qu’il y en a d’autres, là dans ton ombre, qui ne demandent qu’à me donner tout ce que mon esprit a noté dans sa petite liste de l’homme idéal ?


J’ai entendu un jour, dans une chanson je crois : « les bons garçons vous donnent leurs cœurs mais les mauvais garçons font battre le vôtre ».


C’est exactement ce que je ressens avec toi. Ce que j’ai ressenti avec les autres.


Mon cœur qui bat à 100 à l’heure, la jalousie qui fait virer mes sens, mes sourires idiots en lisant tes messages… ce sont de petites choses qui me font me sentir vivante. De petites choses pour lesquelles j’ai du mal à lâcher prise.


C’est dur. Toujours aussi dur. Mais j’y arriverai, il le faut.