• Sakina Traoré

La première

- Ça va ?

Je lève les yeux et tombe sur le regard d’Hamra dans le miroir. Elle tient dans sa main mon bouquet et me fait un grand sourire.

- Oui… c’est juste que… j’ai tellement peur !

- C’est normal Dina. J’étais encore plus stressée que toi le jour de mon mariage !

Je lui souris et elle me tend les fleurs. Je les attrape, plonge le nez dans les pétales et laisse mon corps de détendre. Tout ira bien. Karim a dit que tout serait okay le jour-j, alors il faut que je lui fasse confiance et que je profite de ma journée.

Au moment où mes pensées s’envolent vers lui, mon téléphone vibre sur la table de ma chambre d’hôtel. Hamra finit d’attacher le nœud de ma robe et va me le chercher.

- C’est Karim, elle me dit en me tendant le téléphone.

Impatiente, je l’attrape et décroche immédiatement.

- Bébé ?

- Mon amour, tu es prête ?

- Bien sûr, j’ai hâte de te voir à la réception !

- Moi aussi ! L’imam arrive bientôt, on ne devrait pas tarder ici. Dans maximum une heure, tu seras toute à moi. Devant Dieu et devant les Hommes

- Et… Souhad ? Tu lui as parlé ? Comment elle va ?

- Elle va bien. Encore un peu secouée par ce qui se passe mais bon

- Mais elle est toujours d’accord, hein ?

- Bien sûr… Rien ne viendra gâcher notre journée bébé, je te le promets

- Okay… super ! Je te retrouve dans pas longtemps alors. Je t’aime chéri

- Moi aussi bébé, à tout de suite !

Je raccroche et garde le téléphone contre mon cœur un instant. Je me répète en boucle « tout va bien se passer. Souhad est d’accord, je ne fais de mal à personne ».

- Elle est toujours d’accord ?

J’ouvre les yeux et tombe sur Hamra, assise sur le lit avec son téléphone en main. Depuis ce matin, elle ne le lâche pas, je me demande si elle a un problème avec son mari ou au boulot.

- Oui ! Je suis tellement soulagée Hamra ! Karim dit qu’elle est encore secouée mais qu’elle est toujours d’accord

- Al hamduliLlah ! Donc, tu n’as plus de raison de froisser ton visage comme ça, souris !

Je pouffe et lui fais mon plus beau sourire avant de me tourner totalement vers le lit. Elle baisse pour la énième fois le regard vers son téléphone et je pose la question sans plus pouvoir me retenir :

- Qu’est-ce qu’il y a ? Des problèmes avec Abdoul ? Tu ne fais que checker ton téléphone depuis que tu es arrivée

- Non… non ne t’inquiète pas, ce n’est rien d’important

- Sûr ?

- Yes !

Au moment où elle me répond, son téléphone sonne dans sa main et elle me dit : « Ah tiens, c’est lui qui appelle ! »

Avec un sourire que je trouve un peu forcé, elle décroche et active le haut-parleur pour garder les mains libres pendant qu’elle arrange mon voile, posé sur ses jambes :

- Abdoul

- Bébé, ça va ?

- Bien et toi ? Et le séminaire ?

- Ça se passe super bien. On vient d’arriver dans la deuxième salle de réunion comme ça

- Al hamduliLlah, concentre-toi hein, ne m’appelle pas trop !

- Ahah j’ai compris al jannah (mon paradis), j’appelais juste pour te dire que je t’aime

- Moi aussi chéri, on se revoit dans 5 jours. Profite bien du séminaire hein !

J’entend Hamra raccrocher et ranger son téléphone dans son sac alors que je rectifie un peu mon maquillage. Quand je termine, elle me fait signe de venir près d’elle.

- Ton mari va bien ? je lui demande en m'asseyant à ses côtés

- Oui, il dit qu'il est à un séminaire à Bassam

Je fronce les sourcils en entendant sa réponse mais je ne dis rien. Elle me fait signe de ne pas m'attarder sur ça et m'annonce :

- J’ai quelque chose pour toi

Je bats des mains d’impatience et elle me prend la main droite pour y poser quelque chose. Un collier de perles.

- Un collier ?

Je le déroule lentement et mes yeux brillent devant le magnifique bijou. Les perles couleur turquoise et or scintillent de milles feux et l’ensemble a ce petit quelque chose de sensuel et luxueux.

- Il est magnifique mais il ne sera pas trop long pour ma robe ?

- C’est un baya ma chérie ! Pour orner tes jolies hanches pendant ta nuit de noces ce soir !

- Woyoooo, Karim va sauf que mourir ce soir !

- C’est le but en tout cas !

Nos rires fusent dans la chambre et je la prends encore une fois dans mes bras.

- Je suis tellement heureuse, Hamra !

- Et tu le mérites ! Ne laisse rien gâcher ta journée, okay ?

- Oui, promis. J’avais juste peur que Souhad ne se désiste à la dernière minute, tu comprends ?

- Je comprends, et c’est même pour ça que je t’apprécie autant. A ta place, et surtout en ce jour, très peu de femmes s’en soucieraient. Karim est tombé sur une perle, masha Allah !

Je lève les yeux au ciel et souris en pensant à la chance que j’ai de l’avoir à mes côtés. J’ai rencontré Hamra Thès il y a environ huit mois dans un groupe de soutien. Je venais de perdre mon boulot et ma mère, le tout en l’espace de quelques semaines, et j’étais complètement perdue.

Je sombrais dans la dépression sans m’en rendre compte, jusqu’à ce qu’un jour je me retrouve en train de me lacérer l’avant-bras avec une lame. Là, j’ai su qu’il fallait que je parle à des gens qui me comprendraient et surtout à quelqu’un qui m’aiderait à comprendre ce qui se passait dans ma tête.

Dans la même période, j’ai croisé une ancienne collègue à moi au marché, et elle m’a conseillé de contacter Florias Séminaires sur Facebook pour avoir de l’aide. Elle m’a sauvé la vie, sans même le savoir.

J’ai intégré quelques jours plus tard le programme Cœur Cohérent de la structure et j’y ai rencontré cette femme merveilleuse. Elle venait de faire une fausse couche et avait du mal à s’en remettre, à passer à autre chose et retrouver l’intimité avec son époux.

Entre Hamra et moi, ça a tout de suite collé.

Elle a comblé en quelques mois seulement le vide qu’il y avait dans mon cœur et m’a beaucoup aidée au départ à gérer ma relation avec Karim.

Je n’arrêtais pas de le repousser de peur d’avoir mal ou de faire mal à Souhad mais Hamra m’a montré comment faire les choses correctement dans cette relation délicate que j’avais avec lui. Être là deuxième épouse, ce n'est pas facile.

Aujourd’hui, je me marie à Karim et je n’aurais pu penser à personne d’autre pour être ma dame d’honneur.

Je sors de ma rêverie au moment où ma cousine et ses parents entrent dans la chambre. Ce sont les seuls membres de ma famille que j’ai encore et je suis touchée qu’ils aient fait le déplacement depuis Tengréla pour mon mariage religieux.

On papote ensemble pendant près d’une heure trente et vers 11h, mon téléphone sonne. Je décroche, nerveuse, et Karim m’apprend que nous sommes désormais mari et femme.

Je pleure de joie pendant un bon moment et puis, je prends le temps de prier avec mes proches, pour célébrer ce moment tant attendu et remercier Dieu d’avoir fait en sorte que tout se passe bien.

Trente minutes après l’appel de Karim, nous sommes en route pour la salle de réception. Avec Hamra assise à mes côtés, nous passons en revue les derniers détails de l’organisation et elle me rassure : elle sera dans les coulisses pendant toute la fête pour s’assurer que tout roule comme il faut.

Je me détends un peu plus et ferme les yeux un instant quand nous arrivons au carrefour Saint-Jean de Cocody. Plus que quelques mètres et nous y serons.

Mon téléphone sonne encore une fois, juste au moment où des bruits de klaxon s’élèvent derrière nous.

C’est Samuel, le meilleur ami de Karim.

- Samy ?

- Dina, ça va ?

- Oui et toi ? Y a un souci, pourquoi tu m’appelles ?

- Euh…

- … Samy ?

- Dina, je suis à la PISAM avec Karim

- Quoi ? Pourquoi ?

- Il a perdu connaissance dans la voiture…

- Oh Seigneur… J’arrive tout de suite !

- Non, ne v…

Je raccroche sans attendre la fin de sa phrase et donne notre nouvelle destination au chauffeur. Évanoui ? Ah Seigneur, qu'est-ce qu'il a ? Et pourquoi aujourd'hui !

Hamra pose une main sur mon épaule pendant que je retire mon voile et que les larmes commencent à couler sur mon visage :

- Qu’est-ce qui se passe ?

- C’est Karim… Samuel dit qu’il s’est évanoui dans la voiture

- ... Encore ?

Je me tourne vers elle et tombe sur son visage inquiet. Ses maints tremblent même un peu...

- Quoi ?

- Non… non, rien

Elle a bien dit « encore ? »… Je la regarde un instant, intriguée, mais son sourire bienveillant me convainc que je me fais des idées.

Nous ne disons plus rien tout le long du trajet mais elle me tient fermement la main pour me montrer son soutien. Quand nous arrivons à l’hôpital, je la devance dans le hall et me dirige directement vers l’accueil.

Je m’apprête à demander où est mon mari quand un médecin apparaît dans le couloir et lance :

- Y a-t-il quelqu’un de la famille de Karim Sylla ici ?

- Oui !

Je crie sans même le laisser finir sa phrase.

- Vous êtes sa femme ?

Son regard suspicieux se pose sur ma robe et il fronce les sourcils en ne voyant aucun anneau autour de mon annulaire gauche.

- Je suis… sa deuxième femme

- Okay… madame, votre époux s’est évanoui parce qu’il a fait une crise d’hypoglycémie. Nous lui avons administré du glucagon, il se devrait se réveiller d’un instant à l’autre.

- Eh Allah…

- Dites-moi, ça lui est déjà arrivé de perdre connaissance comme ça ?

- Non… enfin je crois que c’est la première fois !

- C’est la troisième fois docteur

Surprise, je me retourne pour tomber sur Hamra qui se tient derrière moi, le visage inondé de larmes. Elle tient son téléphone dans sa main et pleure doucement. Je ne comprends pas son intervention.

- Et vous êtes ? lui demande le médecin

- Sa…

Elle lève enfin le regard vers moi, puis vers le docteur et répond :

- Souhad Hamra Thès-Sylla, la première femme de votre patient, Abdoul-Karim Sylla

Quoi ?

©2018 by S'truggles. Proudly created with Wix.com

Visuel par https://bit.ly/2U0QzBK