• Sakina Traoré

Jour 1

Mis à jour : avr. 29

S2. V183 : « Ô les croyants ! On vous a prescrit le jeûne comme on l’a prescrit à ceux d’avant vous, ainsi atteindrez-vous la piété. »

Mon amie Tchonté m’a annoncé ce matin qu’elle comptait documenter son mois de Ramadan sur son site internet (leschroniquesdetchonte.com).

Alors en bonne tricheuse que je suis, j’ai décidé de faire pareil. J’espère qu’elle ne m’en voudra pas trop de la copier encore une fois, lol.

Ce mois de Ramadan 2020 me fait peur. Très peur. Au-delà du fait qu’il soit très différent de ses prédécesseurs, j’ai fait beaucoup de bêtises les semaines d’avant.

Beaucoup de prières manquées, beaucoup de musique écoutée, pas une seule page de Coran lue (à peine une petite sourate apprise). Tout ceci fait que je me sens aujourd’hui, au premier jour de ce mois saint, très déconnectée de Dieu et de moi-même.

Hier, en prenant l’intention de jeûner tout au long de ce mois, je me suis attardée plus que d’ordinaire sur cette action qu’on a tendance à faire à la va-vite.

J’ai fermé les yeux, ouvert ce cœur qui s’était endurci au fil des bêtises et demandé à Allah de me pardonner. De me donner la force de renouer avec Lui. De faire fi de mes nombreuses imperfections. Et de m’accorder la volonté et la constance nécessaire pour que j’aie un excellent mois de Ramadan.

Mon souhait le plus ardent est d’y abandonner définitivement certains péchés et d’en ressortir en sachant que j’ai grandi spirituellement et religieusement.

Mes objectifs sont de : lire au moins une page de Coran par jour ; jeûner autant que possible ; apprendre les sourates 75, 77 et 79 ; ne pas céder aux émotions négatives ; ne pas écouter de « musique du monde ».

Mais déjà, il est 12h32 en ce premier jour et la musique me manque. En me rendormant après la prière de Fajr, j’avais un vieux son de soul qui me passait dans la tête et là mon cœur réclame de la musique.

Mais je ne veux que lui donner les paroles de Dieu… Je peux vous dire que c’est vraiment difficile ! J’ai échoué durant tous les mois de Ramadan passés à cet objectif. Mais in sha Allah, celui-ci sera le bon. C’est là qu’on se rend compte que le premier et le plus difficile des Jihad est celui que l’on mène contre nos désirs, notre chair et les besoins vils de notre âme.

Pour la faim, ça va. Je la supporte toujours mieux que ce à quoi je m’attends. Tant que mes douleurs à la poitrine ne se réveillent pas à cause du manque de nourriture et du trop plein de stress, on tiendra jusqu’au bout.

La sourate 77 a également été lue ce matin après Fajr. Je l’avais entièrement mémorisée il y a environ 7 ans mais aujourd’hui je n’ai que la première partie en tête, faute de révision. In sha Allah, j’espère la remettre dans ma grosse cabesa d’ici une semaine.

20h16 : la première journée de jeûne est terminée.

Un lourd vertige m’a attaquée pile au moment de la rupture et j’ai eu mal à la poitrine en fin d’après-midi mais je suis très satisfaite de ce que j’ai accompli.

Vu que nous n’avons pas d’hommes à la maison, j’ai dû diriger la prière du soir (isha, taraweeh et witr) aujourd’hui. Demain, une de mes sœurs prendra le relai mais j’ai aimé le faire.

J’ai titubé un peu au début mais je crois qu’au final, ce n’était pas si mal.

Et vous, comment a été ce premier jour du mois de Ramadan 2020 pour vous ?

Que Dieu fasse que les jours à venir soient encore meilleurs. Qu’Il nous pardonne nos péchés et nous guide sans fin et sans cesse sur le droit chemin.

A demain in sha Allah !


©2018 by S'truggles. Proudly created with Wix.com

Visuel par https://bit.ly/2U0QzBK